Temps de lecture : 6 minutes

À VOUS LES STUDIOS #15 - Dans les coulisses du podcast Les Adultes de Demain avec Stéphanie

Stéphanie d’Esclaibes, créatrice du podcast Les Adultes de Demain.

C’est vrai que quand on a déjà un business, avoir un podcast, je trouve que c'est très intelligent de l'utiliser en termes de canal à est acquisition.

Qui incarne la voix des Adultes de Demain ?

Il s’agit de Stéphanie d’Esclaibes, 30 ans, cocréatrice (avec Sylvie, sa maman) du podcast Les Adultes de demain, (une référence sur les sujets de l’éducation et de la parentalité), grande consommatrice de podcast et indépendante.

Stéphanie a un rapport très particulier à l’audio puisqu’elle aime beaucoup chanter !

Je pense qu’avec le podcast ça va boucler la boucle de mon amour pour ce sens auditif.

Dans quel contexte s’est lancé son podcast ?

Cela faisait quelque temps que Stéphanie réfléchissait à démarrer une transition professionnelle tout en rêvant d’être indépendante, à son compte.

Avec ma mère, on a un rapport assez particulier à l’éducation ». En effet, Stéphanie baigne dans l’univers Montessori depuis sa naissance. Pas quelques années. Toute sa scolarité.

Ses parents ont, en effet, monté, il y a plus de 30 ans, la première école Montessori en France allant de la maternelle au lycée.

Ça me tenait à cœur de partager ces belles valeurs que j'ai eues la chance de côtoyer pendant toute ma scolarité.

Son envie est claire : offrir l’expertise de sa maman et amener de la jeunesse et des compétences techniques sur le monde du podcast.

Les coulisses du lancement ?

L’idée du podcast était déjà à un stade bien avancé. Il manquait simplement quelques détails techniques.

La vie étant bien faite, la petite sœur de Stéphanie venait de monter une boite dans les compléments alimentaires appelée Épicure et travaillait également sur la création de son podcast Le Club Bonheur.

Pour mener à bien son projet de podcast, sa petite sœur était accompagnée d’un monteur.

Au moment du lancement, Stéphanie travaille encore à plein temps dans un groupe international. Pas le temps de gérer le lancement, la com, la ligne édito et le montage. Stéphanie s’est donc immédiatement entourée du monteur de sa petite sœur pour rester concentrée sur sa valeur ajoutée : valoriser et sublimer le travail des autres.

C’est ainsi naturellement qu’elle se dirige vers le format interview.

On a démarré en faisant des interviews mère fille.

Elle interviewe donc sa maman, Sylvie. Le premier épisode est consacré à son parcours atypique, les suivants, à la pédagogie Montessori.

Et après, j’ai eu envie vraiment d’aller chercher ces petites pépites dans l'éducation partout en France. Donc au début, on a réellement fait avec notre carnet d’adresses comme contacter d’anciens élèves de l'école qui avaient eu des parcours particulièrement inspirants.

Les Adultes de demain ayant démarré pendant le Covid, tout le monde était chez soi. Alors l’idée de participer à cette aventure éducative a séduit de nombreuses personnes, invités et auditeurs confondus.

Combien de temps à consacrer par semaine ?

Pour Les Adultes de Demain, Stéphanie consacre au moins une journée par semaine pour développer le contenu, briefer les invités et préparer les interviews.

Quel est le format des Adultes de Demain ?

Dès le début, Stéphanie souhaite partir sur des interviews d’une quarantaine de minutes, donc des longs formats.

Au début, les interviews se déroulent à trois : Stéphanie pose les questions, Sylvie apporte son regard d’expert et l’invité témoigne de sa spécialité.

Au fil du temps, on s'est rendu compte que ce n'était pas très optimal parce qu’en termes d'organisation, ça voulait dire qu'à chaque fois, il fallait qu'on conjugue les agendas de trois personnes différentes. Je trouvais aussi qu’à trois, ça pouvait venir casser un peu la dynamique d’une discussion franche entre deux personnes.

Stéphanie, ce qu’elle aime particulièrement, c’est mener les interviews. Sylvie, c’est partager son expertise sur les enfants. Donc, elles ont imaginé un nouveau modèle, environ un an après leur lancement.

Le modèle actuel repose alors sur deux épisodes hebdomadaires : un court format, appelé « Les pauses éducatives », enregistré par Sylvie, qui dure quinze minutes max (comment apprendre à lire, comment communiquer avec son enfant, que faire en balade dehors avec son enfant ?) et un format plus long réalisé par Stéphanie sous forme d’interview d’une quarantaine de minutes avec une personne inspirante issue du monde de l’éducation.

Le 11 février 2023, le podcast a célébré ses 3 ans. On ne peut que souligner leur parcours podcastique inspirant et admirer la qualité et la régularité de leur travail.

Des galères rencontrées ?

Stéphanie n’échappe malheureusement pas à la règle… Des ratages, elle en a vécu.

Certaines fois, j'ai vraiment eu envie de pleurer, notamment quand t'as enregistré tout ton interview et que tu te rends compte qu'il y a quelque chose d'un point de vue technique qui n'a pas fonctionné. Et du coup, tu ne vas jamais pouvoir utiliser ton interview.

Ça lui est arrivé avec une invitée qu’elle avait relancé au moins 1000 fois pour participer au podcast et qui avait fini par accepter, malgré un emploi du temps surbooké. Le verdict est sans appel : le son est inexploitable. Le genre de petit bruit de fond impossible à retirer au montage. Donc piste audio inutilisable.

Heureusement, l’histoire se termine bien. Stéphanie et son invitée enregistrent en présentiel et réalisent un super épisode.

Quand ça ne veut pas, c’est qu’il y a toujours une raison 🙂

Comment faire connaître son podcast ?

Selon Stéphanie, pour faire connaître son podcast, c’est bien de connaître le profil et les attentes de ses auditeurs.

Alors, l’année dernière, Stéphanie a lancé un questionnaire qualitatif où elle a interviewé 30 auditeurs très assidus.

J'ai fait des entretiens qui duraient 1h pour apprendre à les connaître et pour identifier un peu des personas pour parler en bon marketeur.

À chaque épisode, Stéphanie sollicite ses invités pour qu’ils partagent de leur côté. Parfois, elle doit relancer, encore. Mais une fois que c’est repartagé, ça fait la différence, en termes d’écoute.

En quoi le podcast permet de prendre un nouveau virage ?

Lors du lancement du podcast, Stéphanie est encore en poste dans un grand groupe de commerce international. Elle va attendre un an et demi avant de faire le grand saut dans l’entrepreneuriat. Cette période intense, à cumuler CDI et podcast, elle en a eu besoin pour observer, tester et valider qu’elle pouvait vivre financièrement de ce média, à long terme.

Comment monétiser son podcast ?

Plusieurs pistes expérimentées par Stéphanie.

Tout d’abord, leur première source de monétisation a été le sponsoring.

Toute la difficulté était de trouver son premier sponsor. Donc, je m'étais pas mal renseigné sur le CPM, le nombre d'écoutes qu'il fallait atteindre pour vendre le premier sponsoring. Je m'étais fixé 10 000 écoutes par mois et je pense que j'étais à 40 € du CPM.

Pour trouver son premier sponsor, Stéphanie passe du temps sur LinkedIn pour trouver un professionnel du monde de l’éducation et autour de la parentalité.

C'était important qu'il y ait vraiment une cohérence éditoriale entre la publicité et le contenu. Et donc le premier sponsor, on l’a clairement trouvé grâce au réseau de Sylvie puisque c'était *Montessori Store* qui est la plus grosse plateforme de vente de matériel Montessori en ligne et qui connaissait déjà Sylvie. Et une fois qu’on a trouvé le premier sponsor, on a fait le plus dur !

Autre source de monétisation, le podcast premium, c’est-à-dire un contenu payant. Pour creuser le sujet des contenus payants, vous pouvez également (ré)écouter l’épisode avec Chantal.

L’ayant lancé en novembre 2022, Stéphanie n’a pas encore beaucoup de recul.

Une autre façon de monétiser son podcast est de diversifier ses activités : aujourd’hui Stéphanie est sollicitée pour produire des podcasts de marques dans le monde de l’éducation.

Enfin, réputée pour la qualité de son podcast, sa notoriété, et son expertise, on commence à la solliciter pour des conférences en entreprise sur les sujets d’éducation.

En parallèle, le podcast a permis à Sylvie de trouver de nouveaux clients notamment pour suivre ses formations Montessori.

C’est vrai que quand on a déjà un business, avoir un podcast, je trouve que c'est très intelligent de l'utiliser en termes de canal à acquisition.

Ses besoins actuels pour développer son podcast ?

J'aimerais quand même bien, à terme, m'associer avec quelqu'un qui est expert dans tout ce qui est ingé, son, direction artistique.

Alors si vous êtes LA pépite que Stéphanie recherche, faites-vous connaître auprès d’elle !

Merci à Stéphanie pour sa transparence, sa bienveillance et félicitations à elle, car depuis, Stéphanie est devenue jeune maman <3.

Pistes à retenir :

  1. Maintenir une régularité de diffusion coûte que coûte
  2. Déléguer le montage et se consacrer au contenu et à la com
  3. Vérifier toujours son matériel et le son avant d’enregistrer
  4. Connaître ses auditeurs et leurs attentes
  5. Lancer son podcast encore plus si on a déjà un business
  6. Lancer son podcast et le faire évoluer si besoin (dans son format, sa ligne édito)
  7. Relancer systématiquement les invités pour partager l’épisode de leur côté
  8. S’armer de patience : le podcast est un média qui s’installe sur du long terme