Temps de lecture : 5 minutes

Laura LEPERS

Co-productrice

Table des matières

Lancer son podcast en connaissant bien sa voix c’est avant tout se garantir la fidélisation de sa communauté sonore mais aussi éviter de belles déconvenues sur les ondes. On dit souvent qu’on lit sur certains visages comme dans un livre. Pourquoi ne lirait-on pas dans la voix ?
Je te propose donc dans cet article de t’attarder quelques minutes sur cet organe incroyable et indispensable notamment au futur podcaster.

Qu’est ce que la voix ?

T’es tu déjà posé la question de ce qu’était la voix ? Qui l’utilise ? Dans quelle situation ? Notre voix est-elle toujours la même ? Quels sont les éléments qui pourraient l’influencer ? Que peut-elle traduire?
Je te propose ici trois citations autour de la voix.

La voix est un second visage. Carnets, Gallimard

GÉRARD BAUËR (Le Vésinet 1888-Paris 1967)

Voix, la seule voix humaine qui ne mente pas […]. A. O. Barnabooth, Prologue, Gallimard

VALERY LARBAUD (Vichy 1881-Vichy 1957)

Le dieu nous parle à voix trop basse : On ne l'entend jamais. Le Bouquet inutile, Gallimard

JEAN PELLERIN (Pontcharra, Isère, 1895-Le Châtelard 1921)
Alors, trouves-tu des éléments de réponse dans ces citations ? Rassure-toi, il n’y a pas de bonnes, de mauvaises réponses aux questions posées précédemment. Retiens simplement que TA voix est ton second visage, tu ne peux pas mentir avec elle car elle traduit tant de tes maux, pensées, doutes, émotions, joies. Les auditeurs se raccrochent à UNE voix. Cette voix c’est TON univers, TA personnalité.

La perception de la voix par le corps

Je vais te donner un exemple très simple, très révélateur et très personnel de la façon dont notre corps perçoit la voix d’une tiers personne.
Mon petit bébé qui se trouve, à l’heure où j’écris ce billet, toujours niché dans mon bidon, m’a fait prendre conscience à puissance grand V de l’importance de la voix (ici d’une tiers personne) et de la façon dont le corps la perçoit.
Sans rentrer dans les détails, j’ai vécu un épisode assez traumatisant à la maternité lors de ma dernière échographie. La sage-femme qui m’a reçue s’avérait complètement à côté de ses pompes ce jour là. Déconnectée, ultra stressée, elle m’a transmis son stress avec une telle rapidité… Qu’éponge comme je suis, (surtout en période de grossesse), j’ai bien évidemment transmis, de façon inconsciente, cette tétanie à mon enfant. Cette femme parlait à voix haute et semblait contrariée de ne pas voir ce qu’elle souhaitait sur cette échographie. Impatiente, fatiguée, brusque, maladroite, sa voix véhiculait tellement de « casseroles ».
Pour la première fois depuis de longs mois, ce bébé qui a une pêche de folie, s’est terré dans une sorte de mutisme (physique bien entendu).  Pendant 2h, il a cessé de bouger. Même pas un orteil, un doigt, NADA. La simple voix de cette femme l’avait tétanisé comme moi…
 
Cette petite anecdote très personnelle me permet de vraiment souligner l’impact d’une voix sur un corps. Que ce soit tes oreilles, ta peau, etc, tout ton corps est impacté car il ne perçoit aucune autre information que LA voix. Pas de support visuel auquel se raccrocher. NADA. Que du son.
Un(e) podcaster dont la ligne édito cartonne, avec une identité graphique et un jingle au top niveau, mais dont la voix est stridente, stressée, avec une langue pâteuse que l’on devine sans difficulté, a très peu de chance de développer un taux d’écoute élevé.
Pourquoi  ? Car sa voix ne met pas en confiance, ne donne pas envie de se la coltiner dans les transports ou de l’intégrer dans son quotidien. Une voix qui ne passe pas auprès des auditeurs a peu de chance de faire passer son message, même s’il est pertinent.

Le podcast : un format sonore intimiste

Le format sonore est un format intimiste. On écoute ta voix dans une voiture, dans une cuisine, son lit, avec des oreillettes. On est donc au plus proche de la voix que l’on écoute. Pour accepter cette voix dans nos oreilles, dans notre quotidien, cette voix doit rassurer, véhiculer du positif, de l’énergie, de la sérénité, mais en aucun cas du STRESS.
Une voix se découvre, s’appréhende, se travaille, se peaufine. Derrière ce travail autour de ta voix, c’est en fait un travail de posture que tu réalises. TA posture.
 
Dans la formation À Vous les Studios ! nous accordons une grande importance à ce que chacun de nos futurs podcasters découvre sa voix et finisse par se familiariser avec ce précieux allié. C’est la base du podcaster et le premier module de notre formation. Rien ne sert de vouloir mettre la charrue avant les boeufs. Si ta voix n’est pas prête, ton podcast ne le sera pas non plus. CQFD.

Mises en pratique pour mieux appréhender ta voix :

Voici quelques exercices qui peuvent, dans un premier temps, te faire prendre conscience de ta voix.

1- Sais-tu identifier des situations que tu considères comme stressantes ? Parler en public, passer un coup de téléphone, acheter du pain / faire ses courses, parler à son boss, rouspéter dans les transports en commun, parler dans un micro etc. En identifiant ces situations, ton inconscient commence à se mettre sur le qui-vive, se tient sur ses gardes pour que tu puisses identifier à l’instant T ce que tu lui as demandé (de façon inconsciente).

Par exemple, le jour où tu achètes ta baguette de pain et que ta voix, comme à son habitude, part dans les aigus (car situation de stress) tu en prendras conscience car tu auras identifié cette situation auparavant. Il devient alors pertinent de noter ton ressenti. Te souviens-tu de ta voix au moment de commander ta baguette ? Si tu n’arrives pas à déterminer l’évolution de ta voix, achète ton pain avec une personne de ton entourage et demande lui d’être à l’écoute. Le risque est que tu sois prévenue d’un éventuel « jugement » et que ta voix reste sa place. Ou pas. Tout est toujours une question d’expérimentation. Et de patience.

Le positif dans l’histoire est que RIEN, mais vraiment RIEN n’est immuable. Tout peut évoluer.

 

2- Tu t’apprêtes à parler au micro, en public, à tenir une réunion, ta bouche est sèche et ta langue pâteuse ? Situation de stress bonjour !

Dans cette situation, idéalement le mieux est de t’isoler avant le moment fatidique, d’hydrater ta bouche, de faire des exercices d’articulation et de sortir des sons (trouve toi un texte qui te fait marrer, sourire, que tu gardes sur toi pour chacune de ces situations, et lis-le à haute voix. Une ou plusieurs fois. Alterne entre hydratation et articulation.

SI tu veux aller plus loin, travaille bien entendu ta visualisation 🙂

 

3- Trouve un texte qui te parle. Soit un article, le passage d’un livre, l’écriture d’un souvenir, le scénario d’un film… laisse libre cours à ton imagination. Choisis un texte qui parle à ton cœur. Tu respires un grand coup, tu appuies sur « record » de ton téléphone, et tu le lis. N’arrête pas l’enregistrement même si tu bafouilles, si tu rouspètes, si tu jures. Laisse ce bouton tranquille et concentre-toi sur ta voix et sur ton texte. Une fois la lecture finie, apprends à te réécouter. C’est là, l’exercice le plus compliqué mais tellement formateur. En tant que podcaster, nous devons nous réécouter pour progresser, peaufiner, corriger nos tics de langage.

Enregistre-toi autant de fois que tu le souhaites. Mais surtout, apprends à te réécouter, avec bienveillance cela va sans dire 🙂

Alors ces petites mises en pratique ? A l’aise, pas à l’aise ? Ca titille ? Garde à l’esprit que rien n’est immuable, tout évolue avec un minimum de travail. Même si tu dois passer par des sorties de zone de confort 🙂
 
Pour conclure, je dirais que TA voix représente ta carte de visite. Elle traduit tant d’émotions, d’énergie, de doutes, de joies et d’aspect de ta personnalité que tu peux difficilement la cacher. Et tant mieux ! C’est aussi cela, la vie. Ne pas chercher à tout contrôler. Si un jour, tu vis un moment plein d’émotions sur ton podcast, seul ou en interview, accepte le. C’est tellement puissant pour celles et ceux qui t’écouteront. Tu n’es pas qu’une voix. Tu es avant tout un être humain. Tu as le droit à ces émotions. A TES émotions. Ta voix est donc précieuse. Considère la comme une alliée de premier ordre et sois en fier(e).

Toujours plus d'articles